Créer un site internet

courant pédagogique

 

 L’éducation à l’environnement est un courant pédagogique ainsi proposé en 1977 par la conférence de Tbilissi : c'est une éducation civique qui a pour but « d’amener les individus et les collectivités à saisir la complexité de l’environnement tant naturel que créé par l’homme, complexité due par l’interactivité de ses aspects biologiques, physiques, sociaux, économiques et culturels ».

Ce modèle d'éducation à l’environnement vise aussi « à acquérir les connaissances, les valeurs, les comportements et les compétences pratiques nécessaires pour participer de façon responsable et efficace à la prévention, à la solution des problèmes de l’environnement, et à la gestion de la qualité de l’environnement ».

Mis à part l'éducation civique à l'environnement qui amène à saisir et à acquérir une complexité environnementale par ses méthodes, l'application de l'enseignement d'une éducation naturelle à la perception de l'environnement développe la compréhension du réel. Les modèles pédagiogiques correspondant à cette éducation varient selon l'habitat. Ce discernement entre l'éducation civique et l'éducation à l'environnement réel contribue à exercer des comportements naturels évolués. Sans ce discernement, l'acquisition de connaissances humaines se réduit à une compétence domestique. L'éducation à l'environnement réel se distingue dans les différentes cultures humaines par l'importance accordé aux références naturelles locales et à la compréhension du rôle écologique de l'espèce.

 

 Histoire 

Les plus anciennes références à l'éducation à l'environnement remontent à l'apport parental et aux perceptions de la mémoire biologique individuelle. Au début du XVIIIe siècle, Jean-Jacques Rousseau mit en relief l'importance d'une éducation basée sur la notion d'environnement dans Émile, ou De l'éducation. Plusieurs décennies plus tard, Louis Agassiz, naturaliste suisse, fit écho à la philosphie de Rousseau en encourageant les jeunes gens à « étudier la nature et non les livres ».

Cela étant, l'expression éducation à l'environnement ne commença à être réellement employée que dans la seconde moitié du XXe siècle, époque à laquelle l'être-humain commence à manifester une réelle préoccupation pour son avenir et celui de la planète. L'éducation à l'environnement devient ainsi une réponse nécessaire au comportement des sociétés humaines polluantes, pour la plupart occidentales, n'observant plus le principe immémorial du respect de l'environnement et de la responsabilité du geste.

Plusieurs organismes internationaux furent créés comme outils civiques globaux permettant d'accomplir une éducation à l'environnement : l'Union internationale pour la conservation de la nature en 1948, ou encore le Programme des Nations unies pour l'environnement, en 1972. Durant les dernières décennies, de grandes dates ont également contribué à mieux établir une définition moderne de l'éducation à l'environnement :
juin 1972 : la Conférence mondiale sur l'environnement, à Stockholm, qui aboutit à la Déclaration de Stockholm. Cette déclaration met en évidence « la nécessité d'adopter une conception commune et des principes communs qui inspireront et guideront les efforts des peuples du monde en vue de préserver et d'améliorer l'environnement ».
octobre 1975 : la Charte de Belgrade, issue du Colloque international pour l'éducation à l'environnement, qui s'est tenu la même année en Yougoslavie. La charte reprend et précise l'essentiel de la Déclaration de Stockholm, à laquelle elle ajoute les buts, les objectifs et les principes des programmes d'éducation à l'environnement.
octobre 1977 : la Conférence de Tbilissi, qui s'est tenue en Géorgie, URSS. Elle propose de façon plus approfondie le rôle, les objectifs et les caractéristiques de l'éducation à l'environnement, en explicitant ses buts et ses principes.

Maintenant, l'étude individuelle et collective de la nature sans les livres ni les mots modifie les notions académiques et civique d'environnement. Sur le plan personnel, l'éducation à l'environnement donne une compréhension spécifique de l'environnement réel. Sur le plan humain, cette éducation permanente à l'environnement permet la distinctions des nombreuses dimensions culturelles aux notions transmises.

 

Principes

La compréhension du réel 

Dans son aspect global, l'éducation à l'environnement réel est un enseignement requis pour évoluer en dehors des modèles sociaux infantilisants, générateurs de comportements dépendants et de doctrines polluantes. L'enseignement d'une éducation à l'environnement réel développe la perception individuelle et la compréhension des enjeux environnementaux civiques. Dans son aspect localisé, l'éducation à l'environnement réel identifie le rapport symbiotique de l'activité spécifique des espèces, les habitats différenciés et la réalité, au-delà des valeurs humaines communautaires, sociologiques et religieuses développées.

En lien avec les huit objectifs du millénaire pour le développement durable proposés par l'ONU, l'éducation à l'environnement réel est une dimension fondamentale à promouvoir. Cette éducation naturelle fournit aux cultures humaines les paramètres complémentaires aux objectifs, pour une évolution avec l'habitat. Au plan personnel, l'éducation à l'environnement réel donne l'identité des genres humains, le sens de la perception et une culture de respect de la vie. Au plan collectif, elle produit la dynamique écologique appropriée et sécuritaire en stimulant une participation et un discernement aux réalités grégaires, tout en facilitant l'autonomie sociale et la réalisation de projets efficients.

L’éducation à l’environnement s'élabore individuellement selon les savoirs assessibles. Le respect et la nécessité de la vie sous ses diverses formes correspond à la valeur écologique pratiqué dans l'enseignement. La diversité des ensembles écologiques et les orientations des cultures humaines sont incluses dans son syllabus. La perception de l’individu, l'épanouissement culturel et la liberté d'action sont des apprentissages accessibles par l'éducation à l'environnement. Les capacités d'équilibres de la nature ainsi compris, les rapports et les relations avec les milieux et l'habitat deviennent des thématiques d'exploration de l'éducation à l'environnement réel, pour une adaptation des cultures humaines modernes.

 

La culture environnementale 

La culture environnementale met en œuvre écologiquement avec les ressources de l'environnement biophysique et de l'environnement humain. Elle applique avec la biosphère l'éducation et les activités environnementale d'une culture géographique de l'espèce. Elle limite, entre autres, les répercussions négatives associées aux problématiques d'idéologies humaines et les écarts de perceptions dans l'environnement biophysique. La composition de l'enseignement et les conditions d'apprentissage de la culture environnementale humaine sont liées à l'écologie des espèces avec la biosphère (c'est-à-dire la Terre).

Somme toute, l'éducation à l'environnement réel est l'apprentissage de la culture environnementale. Deux axes principaux représentent et identifient la culture environnementale. La perception globale et l'action locale sont les axes vivants qui évoluent dans l'existence des personnes, des organismes et des individus. Chaque axe est représentatif de la compréhension de l'environnement biophysique et de l'environnement humain. Dans le temps, la perception globale de l'environnement est l'équilibre qui localise l'existant dans l'environnement local perçue. Dans l'espace, l'accumulation des savoirs environnementaux propres aux genres (espèce humaine et autres) et aux habiletés (potentiel génétique, capacités individuelles, aptitudes relationnelles, etc.) dans l'existence, oriente l'action locale dans la perspective globale de survie.

En bref, la réalité de l'apprentissage de la culture environnementale est le propre de chaque espèce évoluée sur la biosphère. Pour l'espèce humaine, l'éducation parentale et sociale à l'environnement biophysique et humain est une condition de développement réel, nécessaire et présente dans les activités avec la nature.

Dans les cultures humaines, il existe une distinction des genres dans l'éducation à l'environnement durable raisonnable. La culture environnementale identifie facilement ces pôles d'enseignement en reconnaissant les propriétés naturelles des genres. Pour le groupe des mammifères, les premiers savoirs sont transmis par la femelle. C'est une éducation limitée dans l'espace qui consolide le jeune individu pour sa survie dans l'environnement. Les autres savoirs sont transmis par le mâle, la socialisation et le développement de capacités. C'est une éducation limitée dans le temps qui consolide l'individu pour sa vie environnementale.

 

Éducation à l'environnement et développement durable

Responsabilité de l'humain 

L'éducation à l'environnement, dans une perspective de développement durable, est une éducation qui met au premier plan l'adaptation de la culture humaine aux valeurs de la biosphère. Dans son aspect civique, la portion civile de l'environnement l'humain s'adapte à l'éducation à l'environnement. À cet effet, le développement durable raisonnable s'accompagne de valeurs associés à la consommation et à la gestion des ressources. Celui-ci a pour objectif de responsabiliser l'action humaine en faisant des citoyens les porteurs des valeurs écologiques et démocratiques, toujours mobilisés pour leur mise en œuvre. Dans cette formule, l'éducation à l'environnement et au développement durable est une école du respect associé à la citoyenneté.

Les contenus éducatifs mis en place par l'enseignement de l'environnement facilitent la prise de conscience et la compréhension des enjeux vitaux par les individus. L'assemblage des formules de présentation évitent les idéologies sectaires pour rendre accessible le contenu de l'enseignement offert. Par exemple: savoir que la planète Terre représente une limite physique et un bien commun à l'ensemble du vivant facilite la préservation des habitats. Ainsi, la transmission des savoirs par la limitation de l'anthropocentrisme humain favorise l'adaptation culturelle de l'espèce. Cette éducation favorise l'autonomie des personnes et la solidarité culturelle de l'espèce avec l'environnement. Ceci laisse à chaque personne la liberté de penser, de décider et d'agir avec ses ressources.

Cette éducation concerne tous les humains, quel que soit leur âge, leur pays d'origine et leur fonction dans la société. Elle est formelle, non-formelle, informelle pour les irréductibles formateurs, enseignants et instructeurs compétents. Elle ne cherche pas à former des élites institutionnelles et ses objectifs ne créent en aucun cas l'exclusion. Elle répertorie la diversité et elle sait faire apprendre que chaque individu, organisme et personne influe sur les milieux. Elle propose les options de développement correspondant à l'habitat et sollicite les choix volontaires et librement consentis. Qu'ils soient globaux ou locaux, l'adaptation des comportements humains à l'environnement réel modifie les perspectives au quotidien. Que ce soit pour l'éradication de la pauvreté, la sauvegarde des milieux naturels ou l'appréciation de la qualité de l'environnement biophysique et humain, l'éducation à l'environnement et le développement durable contribuent à l'évolution de la culture humaine.

L'éducation à l'environnement et le développement durable disposent l'humain à un état d'esprit attentif, créatif et signifiant. Il participe à l'atténuation des émotions humaines culturellement entretenues et il ignore l'impuissance d'agir. Mobilisé avec un état d'esprit présent à la perception de l'environnement, il distingue les pensées polluantes, ce qui mène au geste adéquat et responsable. Il sait aussi prendre conscience que chaque individu, organisme et personne qui agit avec l'environnement, participe à la durée de son développement. Il sait reconnaître sur le terrain l'expression de ceux qui agissent environnementalement, quelle que soit la dimension physique et territoriale, ou l'envergure de la portée de l'action et du niveau d'intervention.

Cette éducation est en rapport avec la pensée polluée et l'action polluante. Elle amène les jeunes individus et apporte aux autres groupes l'implication dans la vie économique, écologique, sociale et politique des territoires de la planète. L'éducation à l'environnement et le développement durable est inspiré d'une philosophie de participation avec l'existant. Ce rapport à l'existant n'agit pas au bénéfice d'une nouvelle idéologie. Il questionne, en outre, l'appication des méthodologies et l'utilisation des mots « développement, exploitation, profit » qui portent en eux le germe de la non-durabilité quand il se limite à des cycles économiques et à des systèmes socio-communautaires. L'éducation à l'environnement et le développement durable est un apprentissage qui stabilise le sens de l'esprit critique et met en perspective la responsabilité de l'individu au sein de son environnement.

Il véhicule une philosophie individuelle et sociale qui concerne tous les êtres vivants, y compris les humains. Localement, il observe les liens qui unissent au quotidien l'individu, l'organisme et la personne aux composants du milieu de vie et qui rapprochent les autres vivants sur un territoire. Globalement, il prend en compte les liens vers ceux qui sont ailleurs sur la planète et ceux des générations à venir. L'éducation à l'environnement et le développement durable est une réalité de solidarité confondue à travers les espèces, l'espace et le temps.

 

Méthode d'enseignement 

À la question du « pourquoi » de l'action de l'éducateur à l'environnement, l'éducation à l'environnement répond par le maintien de la faculté et de la capacité d'attention, tandis que le développement durable reconnaît que le contenu de l'enseignement est important. Il considère que la forme de l'enseignement est secondaire, ce qui répond à la question du « comment » dans l'action de l'éducateur vers le développement durable.

La méthodologie d'enseignement semble un aspect essentiel de l'éducation transmise. Pour l'éducation à l'environnement et le développement durable, les méthodologies d'enseignement se confondent avec les méthodologies d'apprentissage qui correspondent à l'espèce. Ainsi, la pratique sur le terrain favorise une adaptation directe à la réalité. La dynamique de groupe, la création de solidarité et d'initiative pour la réalisation de nouvelles voies du savoir-faire et du « faire ensemble » s'élaborent en dehors d'une hiérarchie académique. Dans ce contexte, la polyvalence pour une approche globale et l'exercice du débat préparent les personnes à une évolution démocratique locale. De façon réelle ce sont des passages utiles et parfois obligés de l'exercice du vivant. L'éducation à l'environnement et le développement durable sont des nécessités, car ils limitent la dépendance aux composants et aux conditions passés.

 

Voir aussi

Sources

Educ-Envir.org, le portail de l'éducation à l'environnement
Ministère français de l'éducation
Fondation européenne d'éducation à l'environnement
réf.:Les Productions Biosphère, CCCE.

 

Bibliographie

Eduquer à l'environnement : Et si on vivait autrement ? - Nature & Découvertes

Bernard Legros & Jean-Noël Delplanque, L'enseignement face à l'urgence écologique, éd. Aden, Bruxelles, 2009.

 

Articles connexes

Groupement régional d'animation et d'information sur la nature et l'environnement
Fédération des clubs Connaître et protéger la nature
Centre permanent d'initiatives pour l'environnement

 

Liens externes

(fr) Association le NATUROSCOPE, Centre d'études et d'initiation à l'environnement
(fr) Réseau francophone international de recherche en éducation relative à l'environnement
(fr) Chaire de recherche du Canada en éducation relative à l'environnement
(fr) Ministère français de l'éducation : l'EDD dans les programmes scolaires
(fr) Educ-Envir.org, le portail de l'éducation à l'environnement
(fr) En Belgique francophone, réseau d'information et diffusion en éducation à l'environnement
(fr) Fondation suisse d'éducation à l'environnement
(fr) L'Institut d'Eco-Pédagogie
(fr) Le réseau national d'éducation à l'environnement urbain
(fr) Le réseau francilien d'éducation à l'environnement urbain
(fr) Le site de pédagogie et d'éducation au développement durable de la CUB, avec un centre de ressources pédagogiques
(fr) Revue internationale Éducation relative à l'environnement. Regards. Recherches. Réflexions

 

Notes et références

↑ Textes fondateurs de l'éducation à l'environnement [archive] sur www.planetecologie.org. Consulté le 19 février 2010
↑ Déclaration finale de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement [archive] sur www.unep.org, 1972. Consulté le 20 février 2010

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site