reconnaissance comme membre d'une cité

 

La citoyenneté est le fait pour une personne, pour une famille ou pour un groupe, d'être reconnu comme membre d'une cité (aujourd'hui d'un État) nourrissant un projet commun auquel ils souhaitent prendre une part active. La citoyenneté comporte des droits civils et politiques et des devoirs définissant le rôle du citoyen dans la cité et face aux institutions. Au sens juridique, c'est un principe de légitimité : un citoyen est un sujet de droit.

 

 Étymologie 

Du sabin quiris désignant la lance, il finira par désigner en latin le «citoyen» (au pluriel quirites), car la citoyenneté romaine offrait le privilège de servir dans la militia («la milice», « l'armée »), notamment en tant que porteurs de lances et de javelots, Lancearii et Hastati.

 

Définition 

De manière générale, un citoyen est une personne qui relève de l'autorité et de la protection d'un État et par suite jouit de droits civiques et a des devoirs envers cet État. Chaque citoyen exerce à sa façon la citoyenneté telle qu'elle est établie par les lois et intégrée dans l'ensemble des mœurs de la société à laquelle il appartient.

La citoyenneté est aussi une composante du lien social. C'est, en particulier, l'égalité de droits associée à la citoyenneté qui fonde le lien social dans la société démocratique moderne. Les citoyens d'une même nation forment une communauté politique.


La citoyenneté est intimement liée à la démocratie. Être citoyen implique que l'on fait partie d'un corps politique, un État, que l'on a dans ce corps politique des droits et des devoirs. En France, un citoyen est défini comme suit : « Homme ou femme âgé de plus de 18 ans, né(e) de parents français ou étrangers naturalisés ». Un citoyen a plusieurs devoirs comme payer les impôts, respecter les lois ou encore être juré de Cour d'assises si besoin est.

En démocratie, chaque citoyen est détenteur d'une partie de la souveraineté politique ; c'est donc l'ensemble des citoyens qui, par l'élection, choisissent les gouvernants.

Le citoyen moderne est le sujet de droits et de devoirs : droits de l'homme - droits civils - droits politiques - droits sociaux. Les devoirs sont accomplis par les citoyens pour le bien de la collectivité (impôts, service militaire, etc.) et définis par les lois des pays dans lesquels ils vivent.

La communauté des citoyens forme la nation.

L'expression "Citoyen du monde" qualifie celui qui proclame son attachement à l'ensemble de l'humanité, refusant les frontières nationales, tel les stoïciens.

« Le citoyen est un être éminemment politique (la cité) qui exprime non pas son intérêt individuel mais l'intérêt général. Cet intérêt général ne se résume pas à la somme des volontés particulières mais la dépasse. » (Jean Jacques Rousseau).

Tout citoyen a le droit d’imprimer ces documents.[Quoi ?]

 

Historique

Égypte antique

Sous les Lagides, avec la création de grandes cités telles Alexandrie nommées par Alexandre le Grand ou Ptolémaïs, la notion de citoyenneté était réservée à l'élite macédonienne, puis avec le temps s'élargit alors aux habitants de ces cités, bien que les Égyptiens du quartier de Rakhotis dans l'Alexandrie antique n'eurent jamais vraiment accès à ce statut et la ville était constituée de quartiers bien délimités qui souvent entrèrent en conflit, démontrant ainsi l'aspect quelque peu relatif de la citoyenneté antique.

 

Grèce antique 

La Grèce antique est à l'origine de la citoyenneté moderne grâce à l'invention de la cité grecque ou « polis ».

La politique alors se développe comme domaine autonome de la vie collective. La polis est fondée sur l'égalité de tous les citoyens masculins, mais tout le monde ne peut devenir citoyen, la cité est fermée ethniquement.

Dans les cités-États grecques, les citoyens étaient ceux qui participaient aux décisions de la cité (lois, guerres, justice, administration), aux débats à l'agora et étaient les seuls à pouvoir posséder la terre par opposition aux métèques et aux esclaves (les métèques et les esclaves étant des catégories qui n'existaient qu'à Athènes). Ces citoyens devaient toutefois respecter certains critères, comme être de sexe masculin, avoir plus de dix-huit ans, être libre, être né de père citoyen et aussi, sous Périclès, à partir de -451, être de mère fille de citoyen. Ils étaient également dans l'obligation de faire leur service militaire (l'éphébie), après quoi ils devenaient citoyens.

La démocratie est alors directe, la hiérarchie entre les hommes est abolie (entre les citoyens seulement et uniquement sur le plan politique - il n' y a pas d'égalité sociale, économique…) ; l'activité politique reste réservée aux membres les plus favorisés de la cité.

 

Rome

La citoyenneté romaine diffère statutairement du citoyen des cités grecques.

La citoyenneté romaine est définie en termes juridiques, le civis romanus dispose de droits civils et personnels. Les étrangers peuvent accéder à la société politique définie en termes juridiques. Pour les romains, la citoyenneté a une vocation universelle sauf pour les femmes, sans critères d'origine ethnique.

 

Révolution française 

À la Révolution française, le terme est réutilisé, s'opposant au terme de sujet. Il instaure alors une égalité, puisque tout homme peut être appelé citoyen sans hiérarchisation, contrairement aux titres de noblesse (mais aussi à la citoyenneté antique basée sur la méritocratie).

 

Adjectivation 

L'adjectivation de citoyen, qui s'est répandue dans les médias à l'occasion du Bicentenaire de la Révolution française, est controversée.

Dans le Dictionnaire culturel en langue française, Alain Rey fixe à 1995, l'usage du terme citoyen comme adjectif en remplacement de l'adjectif consacré qui est civique. Cet emploi tend à insister sur la connotation morale, républicaine et partisane. Ainsi, une attitude civique consisterait à remplir ses devoirs de citoyen (droit de vote, par exemple), tandis qu'une "démarche citoyenne" afficherait une volonté d'intégrer dans ses actes des considérations éthiques et des finalités ou des solidarités sociales plus affirmées. De fait, cette distinction est sans fondement et l'emploi de citoyenneté au sens de civisme est impropre. Et l'adjectivation de citoyen au sens que possède déjà pleinement l'adjectif civique procède de la même erreur sémantique.

Il y a 3 étapes de la citoyenneté :
la citoyenneté civile correspondant aux libertés fondamentales (liberté d’expression, égalité devant la justice, droit de propriété) ;
la citoyenneté politique fondée sur la participation politique (le droit de vote, le droit d’éligibilité, le droit d’accéder à certaines fonctions publiques, le droit d'être protégé par cet État à l'étranger) ;
la citoyenneté sociale résultant de la création de droits socio-économiques (droit à la santé, droit à la protection contre le chômage, droits syndicaux).

Dans le cadre de la construction européenne, est apparue la notion de citoyenneté européenne, dont disposent toutes les personnes ayant la nationalité d’un État membre de l’Union. La notion de citoyenneté multiculturelle, qui implique la reconnaissance des droits culturels des minorités, a récemment fait son apparition.

 

Annexes 

Sur les autres projets Wikimédia :
Citoyenneté sur Wikimedia Commons (ressources multimédia)
Citoyenneté sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel)
Citoyenneté sur Wikiquote (recueil de citations)

 

Articles connexes

Suffrage universel - Suffrage censitaire
Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 et de 1793
L'article Citoyen de l'Encyclopédie de Diderot et D'Alembert sur Wikisource.
Nationalité et droit de la nationalité

 

Bibliographie

Philippe Muray, De la citoyennophilie, Le Débat, n° 112, octobre-décembre 2000.
Anicet Le Pors La citoyenneté, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2002 (3 ° éd.).

 

Notes et références

↑ Le Dictionnaire des Antiquités Grecques et3366 Romaines de Daremberg et Saglio [archive]

 

Liens externes

Définition de la vie du citoyen dans l'europe sur pays de cocagne
Citoyenneté à l’école, changements sémantiques, refus du conflit, déclin du politique Conférence filmée avec Numa Murard et Bertrand Guihery.
Centre national de ressources sur les questions de civisme et d'éducation à la citoyenneté
Comment devient-on citoyen français ?
La citoyenneté in Les Cahiers du Conseil Constitutionnel n°23 (2007), p. 62-104

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×